La troupe Balivernes autour de Claudine MERCERON,

Les régisseurs

Paul Jaunet ( lumières )

Nicolas Touzeau ( son et vidéo )

Baliverne : nom féminin : Bagatelle. Propos, parole frivole, futile, sans intérêt, sans importance, à la limite du mensonge.

Synonymes : sornette, sottise, billevesée, babiole, futilité, fadaise, calembredaine, coquecigrue.

Traductions : allemand : Kleinigkeit ; anglais : nonsense ; catalan : fotesa ; espagnol : mentiras ; finnois : pikkuasia ; néerlandais : bagatel ; portugais : ninharia ; russe : безделушка bezdelouchka

Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, rien de plus nécessaire que le théâtre. (Louis Jouvet)

Des bagatelles sur scène ! avec, qui plus est, le souci de bien faire et laisser dire ! Mentir et bien mentir, mentir vrai !

          Cette troupe, c’est une sacrée smala, une belle équipée, une bande plutôt joyeuse, une  palanquée de mordu-e-s de théâtre qui se sont acoquiné-e-s pour monter des pièces et emporter le public ! Et les jouer suffisamment longtemps, ces créations, pour que chacun puisse apprécier ici et ailleurs les efforts et talents déployés ! A Balivernes, on aime jouer, on aime surprendre et embarquer les gens, de création en création, dans des univers différents.

    Convivialement, d’année en année, on partage du jeu, on échange, on crée. On s’exprime sur scène et cultive sa créativité, on fertilise l’expression de ses sentiments au service de ses personnages. Être à Balivernes, c’est s’inscrire dans la durée : imaginez, certains qui sont dans la troupe depuis sa création en 1985, ils auraient même presque l’occasion de se voir décerner le statut envié de « fossile vivant » !

     Dans la famille Balivernes, je demande les comédiennes : qui des enseignantes, qui une infirmière, qui une secrétaire de cabinet d’architecte, toutes ont à cœur d’endosser des personnages parfois improbables, toujours passionnants avec une ardeur qui force l’admiration

(en 2020, Fabienne Pentecôte, Isabelle Decourty, Odile Guillemot,

Patricia Touzeau et Sylvie Landrieau sont à Balivernes !)

          Dans la famille Balivernes, je demande les comédiens, des enseignants à la retraite mais pas moins dynamiques et un doyen chevronné qui apparaît le longtemps décrété « meilleur comédien de la troupe » ! Chacun aime à surprendre, à offrir des émotions de scène, fraîches et authentiques (en 2020, Bertrand Daniel, Marc Pénisson, Pascal Gillet et Yves Toublanc

sont à Balivernes !

Dans la famille Balivernes, je demande les régisseurs, deux frères d’armes rompus aux coups

de bambou aux salles biscornues aux WIFI tangents, au souci du travail bien fait,

(en 2020, Paul Jaunet aux lumières et Nicolas Touzeau au son et vidéo sont à Balivernes !)

       L’esprit troupe c’est de se retrouver évidemment ensemble sur les planches pour le

plaisir de jouer, c’est « traquer » ensemble avant la représentation, c’est manger ensemble

après jusque tard dans la nuit après avoir « refait le film » de ce qu’on a vécu. Ce sont, petites fourmis de calepin infatigables, les répétitions tous les jeudi soir semaine après semaine, et quelques bouts de week-ends quand on est en création.

           En 2019, Balivernes entame sa 35ème saison ! La troupe prépare souvent une création tous les deux ans, qu’elle joue aussi longtemps qu’on la lui réclame. L’association a commencé son existence en 1983 sous forme d’ateliers : une initiation au jeu théâtral qu’elle propose toujours à travers des ateliers enfants, pré-ados, ados et adultes. La troupe, elle, a d’abord affronté le public avec de courtes pièces de Tardieu, Prévert…

             Dans la famille Balivernes, je demande les metteur-e-s en scène.

            En 1988 quand Balivernes s’attaque à La Station-Service de Gildas Bourdet, la troupe demande alors l’aide d’une comédienne professionnelle, Isabelle Billet, pour la mise en scène, une démarche qui deviendra la règle pour toutes ses prestations publiques : La famille écarlate de Jean-Loup Dabadie (mise en scène : Isabelle Billet, 1991) puis suivirent : Attila Dounaï de Catherine Paysan (mise en scène : Odile Bouvet, 1993), Ouest’ern (création et mise en scène : Didier Hude, 1994). Compartiment fumeuses de Joëlle Fossier (mise en scène : Emmanuel Tudeau 2005/2007).

             Dans la famille Balivernes, je demande Claudine Merceron !

         Claudine Merceron, comédienne bien connue déjà de la scène nantaise, venue d’abord animer des stages, assure les mises en scène de la troupe Balivernes depuis 1996. Elle a déjà dans son curriculum vitae de l’époque tous les ingrédients pour une rencontre réussie avec la troupe ! Balivernes lui demande de mettre en scène les créations de la troupe, en l’aidant parfois dans l’adaptation de textes au départ non théâtraux (Le cercle des amateurs de littérature et de tourtes aux épluchures de patates de Guernesey en 2011 et La vérité sur l’affaire Harry Quebert en 2017). La direction d’acteurs, la distribution, la mise en scène sont de son ressort, elle permet à Balivernes de création en création de garder le souci de bien faire et toujours mieux ! Avec elle, Balivernes a pris plaisir à jouer Petit théâtre sans importance de Gildas Bourdet, Cœur de Lune, création collective Balivernes, Quand le destin s’en mêle, création de Claudine Merceron, Un air de famille d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, Cabale et Amour de Schiller, La Vie commence au Théâtre de Jean-Paul Alègre, Batailles de Ribes et Topor, Lettres Croisées de Jean-Paul Alègre, Lapin Lapin de Coline Serreau, Les Rustres de Carlo Goldoni, Le cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey tiré du roman éponyme de MA Shaffer et adapté par Claudine Merceron avec la complicité de Balivernes, Le porteur d’Histoire d’Alexis Michalik , Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, La vérité sur l’affaire Harry Quebert librement adapté du roman éponyme de Joël Dicker par Claudine Merceron avec la complicité de Balivernes, Wouap dou Wouap théâtre chanté de Jean-Luc Annaix.

         Avoir pu s’adjoindre le talent confirmé de metteurs en scène professionnels tire inévitablement tout le monde vers le haut. Les exigences de Claudine Merceron et son talent pour distribuer les bons rôles à la bonne personne font mouche ! Depuis des années, elle est la complice rêvée pour des créations qui marquent.

© 2018 by Théâtre BALIVERNES

  • Facebook Social Icon